Automobilisme (Gaston Couté)

I' fait bon à c’souér, en r'venant des champs...
La rout' devient grise et l’jour va mouri,
Sous les ombrag's ros's et doux du couchant,
Comme un vieux au bas des guigniers fleuris.

Pis les chous's appont'nt l'entarr'ment du jour :
L’vent s’lève et s'en va quêter des parfums
Dans les foins d'jà chus, dans les blés d'jà lourds,
Et l’silenc’développ' son drap su' l’défunt.

Mais tout d'un coup... teuf ! teuf ! teuf ! Un vacarme
Déchir' brutal'ment l’drap fin du silence.
Teuf ! teuf ! ... Et v'là l’vent qu'est d'eun' pestilence
A vous fér' jurer : ça, c'est les gendarmes !

C'est pas les gendarm's ! C'est des gas d’la ville
Qu'ont mis, sans excus's, mon rêve en déroute ;
C'est des bourgeouésieaux dans leu' tomobile
Qu'ont failli m' bocquer au tournant d'la route !

C'tte rout' ! J'ai passé troués bounn's journé's d'ssus
La corvé' nous t'nait jusqu'à la nuit nouère.
Nos tomb'reaux étin chargés à plein cul
Des tas d’jarr' pell'tés aux grév's de la Louére.

C'tte rout' ! J'ai cassé l’pierré des carrières
Pour boucher en-d'ssus, pour combler en d'ssous :
J'ai mis su' son dous des emplât's en pierre,
J'ai mis dans'son vent' des bouilli's de cailloux !

Et v'là que j'peux pus aller su c'tte route
En r'venant des champs, par le train d’mes pattes,
Les souérs qu'i' fait bon et qu'on oubli' toutes
Les tâch's échignant's et la vie ingrate !

Tout ça simp'elment pasque... teuf, teuf, teuf...
On a fait du ch'min d'pis quater vingt neuf !
Dans l’temps, nous seigneurs, pou' leu's amusettes
S'en allint coumm' ça fér' la chasse aux bêtes.

Les meut's trottaillint dans l’blé plein d'promesses,
Queu joli grabuge aux champs d’nous grand-pères !
Et, des foués, pour ren, pour vouèr, pour l'adresse,
On visait l’manant penché su' la terre !

A'n'hui, c'est pus ça. Les seigneurs bourgeoués
Ont un joujou neu' qu'est la 'tomobile :
Ça fait du rafut, ça pue, et ça file,
Ecouassant nous poul's, écouassant nous ouées.

Mém', si queuqu’pésan sortu des guérets,
Songeait su' la rout' coumm' moué tout à l'heure,
Ça te l'aplatit coumm' deux yards de beurre
Et c'est là qu'i' sent tout l’pouéd du Progrès !

Ah ! n'y r'venez pus, bon guieu d'écraseux !
J’counnais un moueyen pour vous rend’moins fiers :
Le souér, su la route, un bon grand fil fer,
Et v' écras'rez pus parsounne, moué, si j'veux !