Complainte de l'estropié (Gaston Couté)

Au vieux moulin bieauceron
Qui tourne quand la bis'vente,
Qui tourne en faisant ron ron
Coumme un chat qui s'chauffe el'vent'e,

Y'avait eun' fois un pauv'gâs
Qu'avait pour viv' que ses bras.

I'trimait à s'échigner,
En s'maine et même el'dimanche,
Pour qu'les mangeux d'pain gangné
N'n'ayin toujou's su'la planche.

Mais, un jour que son moulin
Grugeait du blé pour la gueule
Des bourgeoisieaux du pat'lin,
S'fit prende el'bras sous la meule...

Et, d'pis qu'i peut pus masser,
I's'trouv' sans l'sou et sans croûte ;
Mais ceuss’qu'il a engraissés,
Tous les bourgeoisieaux, s'en foutent...

Car l'vieux moulin bieauceron
Tourn'toujou's quand la bis'vente,
Tourn' toujou's, en f'sant ron ron
Coumme un chat qui s'chauffe el'vent'e...

Et gn'a core eun aut' meugnier
Qui trim'la s'maine et l'dimanche
Pour qu'les mangeux d'pain gangné
N'n'ayin toujou's su'la planche ! ...