Complainte des trois roses (Gaston Couté)

Ah ! quand j'avais vingt ans sounnés,
Ah ! quand j'avais vingt ans sounnés,
Margot s'en allait vouer ses boeufs
Avec eun' ros’roug' dans les ch'veux.
A' m' l'a dounné.
Viv'nt les fill's dont j'suis l'amoureux !
J'ai eun' rose, et j'en aurai deux !

Paf ! quand qu’j'étais cor' ben rablé,
Paf ! quand qu’j'étais cor' ben rablé,
J'ai vu la garce au pér' Françoué's
Qu'avait eun' ros’blanch' dans les doué'ts
Et j'y a' volée !
Viv'nt les fill's qui s'fleuriss'nt pour moue !
J'ai deux ros's, et j'en aurai troués !

Bah ! quand j'sés dev'nu ben renté,
Bah ! quand j'sés dev'nu ben renté,
Catin est v'nu m' chatouiller l'nez
Avec eun' rose au coeur fané !
Et j’la ach'tée !
Viv'nt les fill's qui vend'nt ces ros's-là !
J'ai troués ros's, mais j'en veux pus qu'ça.

Las ! me v'là vieux, me v'là ruiné,
Las ! me v'là vieux, me v'là ruiné,
Y a pus d’ros's roug's à l'âge que j'ai.
Des blanches ? Foli ! Faut pus songer
Mém' aux fanées.
Viv'nt les fill's qui m'aimeront pus !
Moué, j'ai troués ros's et j'meurs dessus.