Idylle des grands gars comme il faut et des jeunesses ben sages (Gaston Couté)

L'chef-yieu d'canton a troués mille àm's, et guère avec.
On peut pas y péter sans qu'tout l'monde en tersaute ;
La moquié du pays moucharde aux chauss's de l'aut'e,
Et les vilains coups d'yeux pond'nt les mauvés coups d'becs.

Pourtant, su' les vieux murs nouérs coumm' l'esprit du bourg,
La bell' saison fait berlancer des giroflées ;
Pourtant, dans l'bourg de sournoués'rie et d'mauvais'té,
Y a -des gâs et des fill's qui sont dans l'âg' d'amour !

V'là coumme i's s'aim'nt : les galants r'vienn'nt, après l'ouvrage,
Par les ru's oùsqu'leus bell's cous'nt su'l'devant d'la f'nét'e :
Un pauv' sourir' qu'a peur, un grand bonjour bébête,
Deux grouss's pivouén's de hont' qu'éclat'nt su' les visages,

Et c'est tout. I's font point marcher l'divartissouér,
Rouet qu'on tourne à deux pour filer du bounheur
Et qui reste entre eux coumme un rouet su' l'ormouère
Pasque... Eh ! ben, et l'Mond', quoué qu'i dirait, Seigneur !

Vous l'avez jamés vu, l'mond', dépecer un coup'e
Qu'les écouteux ont pris en méfait un bieau jour ?
Et su' la place, au sorti' d'mess', par pequits groupes,
Vous l'avez jamais vu, l'mond', baver su' l'amour ?

Alors, les fill's renfonc'nt les envi's qui les roingent,
Souffrant tout bas l'Désir qui piqu' dans leu' pieau blanche
Coumm' leu-z-aiguill' d'acier dans la blancheur du linge,
Et les gâs fil'nt, sans bruit, par el' train du dimanche ;

Car la Ville est pas loin ousqu'y a la garnison,
L'Martroué, la Préfectur', l'Evêché, l'Tribunal,
La Ville, enfin, la Ville oùsqu'on trouv' des maisons...
- Vous savez, des maisons darrièr' la cathédrale?

Donc, les gâs but'nt au nid des tendress's à bon compte ;
Eun' grouss' chouette est guchée au bas du lumério :
« Mes p'tits agneaux, on pai' tout d'suite ; après on monte ! »
Les gru's accour'nt. « Fait's-nous d'abord nos p'tits cadeaux ! »

Et les gâs pai'nt ben châr, étant allés ben loin,
C'que les fill's de cheux eux voudrin dounner pour ren !
Pis les gothons s'déb'hill'nt, et, quand leu' ch'mise est chute,
D'vant leu' corps usagé par le frott'ment des ruts,

D'vant leu's tétons, molass's coumm' des blancs fromag's mous
Les gâs song'nt ; et i's douèv'nt se dir' dans leu' song'rie :
« Y a des bieaux fruits qui s' pard'nt -dans les enclos d'cheu nous,
Et faut que j'galvaudin après des poumm's pourries ! »

Enfin, les pauv's fumell's rentr'nt dans les bras des mâles
Coumme ent'er les limons queuqu' pauv' jument forbue,
Et pis les v'là qu'as pouss'nt, qu'as tir'nt et qu'as s'emballent
Pour charrouéyer les aut's vars la joué qu'as n'trouv'nt pus !

Mais Ell's ! quand on y pens', coumme a's rurin d'ben aise,
Les Mari'-Clair' du bourg, les Touénons, les Thérèse,
Si qu'a's s'trouvin tertout's ett'lé's, pour el'quart d'heure,
A la plac' des gothons d'la Vill', leu's tristes soeurs,

Victim's coumme ell's du Mond' qui t'naille et crucifie
Les vierg's et les putains au nom d'la mêm' Morale !
Mais quoué ! « Leu-z-affér' fait' », le souer, les gâs r'dévalent
Vars el' pays oùsqu' les attend'nt leu's bounn's amies.

I's r'déval'ront souvent ! A's attendront longtemps !
D'aucuns r'viendront avec du pouéson dans les veines,
D'aucun's dépériront, coumm' les giroflé's viennent
A mouri' su' les murs de la séch'ress' du temps.

Pis, par un coup, avant d'leu' r'céder l'fonds d'boutique,
Les vieux disant : « Ma fill', te fau'ait un bon gâs ! -
- Mon gâs, t'faurait eun' femm' pour sarvi' la pratique ! »
I's s'uniront avec tout l'légal tralala...

L'blé s'ra d'pis longtemps mûr quand qu'i's noueront leu' gearbe.
Après bieaucoup d'éguermillage i's f'ront l'amour,
Ayant r'mis au lend'main « c'qu'i's pouvin fère el' jour »,
A caus' du mond' qui ment jusque dans ses provarbes.

Et i's d'viendront eux mêm's ce Monde au coeur infect
Qui fait des enfants pour pouvouér les fer' souffri
Quand qu'arriv' la saison des giroflé's fleuries
Dans l'michant bourg de troués mille âm's, et guère avec.