L'aumône de la bonne fille (Gaston Couté)

Un jour, un pauv'er trimardeux
Qu'allait l'vent'vid', qu'allait l'vent'creux
En traînant son bâton de houx,
Un jour, un pauv'er trimardeux
S'en vint à passer par cheu nous !

Alla balancer le pied d'biche
De Monsieu l'maire à son château
Et fit demande aux gens du riche
D'un bout d'pain et d'un gob'let d'ieau ;
Mais les domestiqu's, qui se moquent
Des vent's en pein', des gens en loques,
Li dir'nt : " Va t'en chercher ailleurs !
Ici on n'dounn' qu'aux électeurs"

Un jour, un pauv'er trimardeux
Qu'allait l'vent'vid', qu'allait l'vent'creux
En traînant son bâton de houx,
Un jour, un pauv'er trimardeux
S'en vint à passer par cheu nous...

Alla cougner au presbytère
Dans l'espoir que l'on y dounn'rait
Queuqu's sous de d'ssus l'tronc d'la misère ;
Mais l'curé, qu'était'cor guill'ret,
Confessait eune pêcheresse
Qu'avait moins d'pêchés que d'joliesse ;
Et l'pauv' peineux eut bieau gémir,
Parsounn, s'am'na pour li'ouvrir !

Alors, s'assit en cont'e eun'borne,
Tout en r'gardant les p'tits moignieaux
Picoter su' la grand’rout' morne
Dans l'crottin tout frais chié des ch'vaux,
Quand qu'eun' sarvant' qui m'nait à paître
Le bieau troupet d'vach's à son maître,
Passa tout prés d'où qu'était l'gas
Et li causa tout bas, tout bas.
Dans les foins hauts, les foins qui grisent,
A s'laissa faire ; et l'pauv' glouton
S'mit à boulotter les cerises
De sa bouche et d'ses deux têtons,
Lampa coumm' du vin chaud l'ivresse
De ses bécots et d'ses caresses ;
Pis, quand qu'i' fut ben saoul, ben las,
I' s'endormit ent' ses deux bras.

Un jour, un pauv'er trimardeux
Qu'allait l'vent'vid', qu'allait l'vent'creux
En traînant son bâton de houx,
Un jour, un pauv'er trimardeux
S'en vint à passer par cheu nous...