La Chandeleur (Gaston Couté)

L'hiver est long, les temps sont durs
Et la vie n'est pas gaie.
J'avons pus d'farin' qu'eun' mesur'
Dans un racoin d'la maie.
J'avons qu'un bout d'salé pas cuit
Dont l'dessus est tout blême ;
Mais coumm' c'est la Chand'leur an'hui,
Faisons des crêpes tout d'même !

C'est la Chand'leur, mes pauvr'ers gens,
Faisons des crêp's dans la ch'minée
A seul’fin d'avouèr de l'argent
Toute l'année !

Pour dev'ni' rich' faut travailler.
Que tout le mond’se hâte !
Mari', dans le grand saladier
Tu vas battre la pâte.
V'là d'l'ajonc qui brûle en lançant
Des tas d'petit's étouéles.
Allons ! pé Mathieu, cré bon sang !
T'nez bon la queu' d'la poêle !

Disez les fill's, disez les gas !
Qui qu'en fait sauter eune?
Ah ! la bell’crêpe que voilà !
Alle est rond’comme eune leune,
Eune' Deuss’! Mari' je n't'aim'rai p'us
Si tu veux pas la prendre...
- Sacré couillon tu l'as foutu'
Au beau mitan des cendres !

Depis que je fêtons cheu nous
Quand la Chand'leur s'amène
Je soumm's core à trouver un sou
Dans l'talon d'nout' bas d'laine ;
Mais pisqu'an'hui nous v'là chantant
Devant les crêp's qui dansent,
C'est toujou's eun' miett' de bon temps
D'gagné su' l'existence !

Pendant c'temps-là j'ruminons pas
Nos mille et mill’misères :
Les vign's qu'ont le phylloxera,
Et la vache qu'est en terre.
Et moué que je vas être vendu !
Bah ! si l'huissier arrive
Je lui coll'rons la poêle au cul
Pour y montrer à vivre !