La chanson de printemps du chemineux (Gaston Couté)

J'sais pas c'qui m'produit c't'effet là,
Mais, j'cré ben qu'c'est l'Printemps que v'là ;
Son cochon d'soleil m'émoustille,
Mon coeur bat coumme eun enragé !
Dam', vous savez, à l'âg' que j'ai
J'aurais grand besoin d'me purger ;
J'veux eun' fille !

A chaqu’maison que j'vas frapper,
Ça m'rend tout chos’d'entendr' japper
Les chiens en chass’darriér' leu' grille.
Et, quand que j'les vois deux par deux,
Les moignieaux m'ont l'air si heureux
Qu'ça m'dounn' des envi's d'fair' coumme eux ;
J'veux eun' fille !

Pisque les gâs qui foutent rien,
Les chanceux, les ceuss’qu'à l'moyen
D'avoér eun' femme et d'la famille
Font ben l'amour itou queuqu'fois...
Pourquoué que j's'rais moins qu'les borgeois ?
Moué, non pus, bon Guieu ! j'se'pas d'bois...
J'veux eun' fille !

Des fill's ! on peut pas vivr' sans ça ;
On s'en pass'pas pus qu'on s'pass'ra
De l'air, du "boère" et d'la croustille ;
Et, mêm', pour casser un morcieau,
J'attendrai ben jusqu'à tantôt...
A c'tte heur', c'est d'la fumell’qu'i m'faut ;
J'veux eun' fille !

Et quoiqu’j'soy' pas appétissant
Quand qu'on m'voit coumm'ça, en passant,
Dans ma p'lur' qu'est pus qu'eun' guenille,
Ej'm'en fous... à d'main coumme à d'main,
Et gare aux fill's, le long du ch'min...
Faura que j'mang' pisque j'ai faim ;
J'veux eun' fille !