La fille à not' meunier (Gaston Couté)

Not' meunier avait un' fille,
Lon, lon, la,
Qu'il avait fait trop gentille,
Lan dé ri ra,
Pour qu'ell' put rester longtemps
Au moulin de ses parents.

Un bourgeoisieau du village,
Lon, lon, la,
R'marqua son p'tit air volage,
Lan dé ri ra,
Ses grands yeux bleus comm' le ciel,
Et ses ch'veux couleur de miel.

Il l'emm'na dans la grand' ville,
Lon, lon, la,
Pour manger quelqu'billets d'mille,
Lan dé ri ra,
Puis quand il eût mieux trouvé,
Il la laissa su' l'pavé.

Mais ell' reprit son courage,
Lon, lon, la,
Et s'mit à chercher... d'l'ouvrage,
Lan dé ri ra,
Sachant qu'on n'est jamais pris
Quand on est belle à Paris.

Son honneur fit la culbute,
Lon, lon, la,
Roula dans la bou' d'la butte,
Lan dé ri ra,
Ell' travaill' dans un moulin
Qui moud autr' chos' que du grain.

Pendant c'temps là dans l'village,
Lon, lon, la,
Tout cassé, tout chargé d'âge,
Lan dé ri ra,
Son pèr' le pauvre meunier
Pleur' : « Ma fille a mal tourné ».

Et comm' ce n'était qu'pour elle,
Lon, lon, la,
Que le moulin tournait d'l'aile,
Lan dé ri ra,
Le vieux fut quérir des gâs,
Et le fit jeter à bas.