La séparation (Gaston Couté)

Réflexion d'un traîneux

Ah ! bon ! v'là d’quoué alleumer l’feu
Pou' fer' ma popott' de traîneux :
C’joumal qui roul’dans la venelle !
Mais, avant, lisons les nouvelles :
Bon guieu ! Y a 'cor la guerr' là-bas.
Ces pauv's Russ's lumérot'nt leu's memb'es.
Quiens ! Paraît qu'on cause à la Chambre
D'séparer l'Eglise et l'Etat !

L'Eglis’! quoué qu’ça peut êt' pour nous ?
Si gna un bon guieu qui fait tout,
C'est don' li qui fait la misère
Et les malheureux su' la terre ?
Mais, si l’bon guieu n'existe pas,
Pourquoué entret'ni tout' leu' vie
Les curés à dir' des ment'ries?
Séparons l'Eglise et l'Etat !

Mais l'Etat ? Quoué qu’c'est don' itou ?
C'est les gendarmes su' not' dous
Qui nous traqu'nt coumm' des bêt's sans gîte,
C'est l’tas des mauvais jug's qu'acquittent
Toujou's en haut, jamais en bas,
Et c'est les loués qui sont matines
Pour nous, pou's les gâs qui cheminent.
Séparons l'Eglise et l'Etat !

Z'yeutez par ci, z'yeutez par là :
V'là c’qu'est l'Eglis’! v'là c’qu'est l'Etat !
Qu'i's divorc'nt ou ben qu'i's s'raboutent,
J'me d'mande un peu c'que ça peut m'fout'e :
J'en s'rai-t-y moins peineux pour ça ?
C'est bon pou' les gens à leu-z-aise
De s'occuper d’tout's ces foutaises.
Séparons l'Eglise et l'Etat !