Le char à bancs des moribonds (Gaston Couté)

Des coups, faut' d'un point : on gagn'pas !
C'est ben pour ça qu'nous candidats
Veul'nt embaucher tout l'monde !
A l'aubarge d'l'Ecu d'Argent
Z'ont fait att'ler l'grand char à bancs
Pour ceux qui moribondent !

Et hue !... Ai don !
V'là l'char à bancs des moribonds :
C'est queuqu's vouéx d'pus qu'ça va nous foute !
Mais hue ! ... Ai don !
Pour que leu's bull'tins soi'nt 'cor bons,
Faut pas qu'ces gas-là crèv'nt en route !

C'est pas tant qu'on veut les ach'ter,
Mais, pour la pein' qu'i's vienn'nt voter
Malgré leu' mal aux tripes,
On yeu' baille un paquet d'taba' :
C'qu'est ben consolant pour des gas
Qui vont casser leu' pipe !

P'têt' tout à l'heure, à c'souèr, ou d'main,
I's diront pus d'bêtis's, voui ben !
Aussi, tandis qu'i's roulent,
I's discut'nt 'cor leu's opignons,
Mais i's peuv'nt 'ja pus s'mett' de gnons
Su' l'tournant d'la margoule !

C'tte foués, vot'ront tout d'mêm' tertous,
Mais, faurait p'têt' pas, après tout,
Leu' d'mander davantage !
Pasqu'i's s'rin partis su' l'grand tour,
Si qu'on v'nait les r'qu'ri dans huit jours,
Au scrutin d'ballottage !

Ma foué !z'un coup qu'on est dans l'trou
I' faut ben crér' que l'on s'en fout
Des soeurs ou d'môssieu Chose,
Car ces électeurs turbulents
Présent'rint, comme un bull'tin blanc
La pierr' carré' d'leu' tombe.