Les bornes (Gaston Couté)

- Hé l'arpenteux ! prends tes outils, et pis arrive !
L'vieux est défunt : je r'venons d'sa mess’de huitive.
Tréne ta chéne et toun équerr' de coins en cornes
Et toué, l’carrier, tri' moué-z-au mitan d'la carriére
Et m'équarris quat' blocs de ta pierr' la moins g'live...
V'la c'qui me r'vient ! Qu'on n'y touch' pus ! Posez les bornes !

Là-d'ssus, l'héritier rent'e en plein dans son avouèr.
I' r'nif'e au-d'ssus d'eun' mott' la qualité d'sa terre,
Il égueurne eun épi pour vouer si l'blé s'ra bieau
Et va s'coucher, benheureux d'se vouer dans sa pieau,
Ben tranquill’pour son blé, ben tranquill’pour sa terre.
I' s'mél'ront pus aux biens et aux récolt's des aut'es,
A présent qu'on les a cagés ent'er quat' bornes.

Eun' foués au creux des draps, i'li prend des idées :
" Avouér des champs à soun à part, c'est ben, qu'i fait.
Ça n'empéch'point d'ét' deux à coucher dans l'mém' lit ;
Jusque là j'ai counnu qu'les fill's à fuméyiers,
Les fill's qui tomb'nt su' l'foin, les fill's qu'ont des pequits ;
A c'tt' heur', j'veux eun' femme à moué, qu'les aut's y vienn'nt pas !... "
Et l'lend'main i' s'habill’bieau et pouss’jusqu'au bourg
Trouver les arpenteux et les carriers d'l'Amour.

- Hé môssieu l'mair', môssieu l'curé ! ... Bonjour, me v'là !
C'est à caus’que la garce Françouèse est jolie
Et que m'la faut tout d'eun' piéc’sans miett' de partage.
Dressez les act's ! Sounnez les cloch's du mariage !
Qu'on n'y touch' pus ! Posez des bornes, que j'vous dis !

L'époux-propriétére emporte sa mariée,
La r'nif' coumm' la tarr' chaud', la magn' coumme el’bon blé,
L'ouv'er coumme un sillon, l'ensarr' coumme eun' mouésson,
Et s'endort, ben sûr qu'alle aim'ra pus qu'li, à c't'heure :
Eun' femm' marié' porte eun' borne su' son coeur.

Ah ! vouiche ! ... Un moués?... Eun an ?... N'importe, c'est pas long !
I' pourrait la r'trouver, la born', dans un tas d'paill'e
Oùsque sa femme a pris coutum' de v'ni sans li.
Et les coucous prenn'nt de la malic’dans l'Avri'.
Bref, un péquit s'amène et (c'est ben drôl', le monde ! )
C't ancien courreux, qu'emplissait les fill's à la ronde
Sans jamés voulouére r'counnaît'e un brin d'sa s'maille,
V'là qu'i' r'counnaît à c't' heure un drôl’qu'il a pas fait !

- Hé l'gas ! T'es mon gas, t'entends ben ?... C'est moué ton père !
T'es à moué, comprends ben, coumm'ma femme et ma terre,
Et t'auras mes idé's su'les femm's et la terre...
Point d'aut's ! Baiss'ta têt' qui vire au vent. Qu'a'boug' pus !
C'est mon Autorité, la born', que j'pos’dessus !
Et l'pér'-propriétér' dort su' ses deux oreilles...
Mais, nom de Dieu ! v'là qu'un matin, v'la qu'i' s'réveille.
V'la qui tomb'le nez sur la borne du chaumier,
V'là que l'gâs li fait chouèr la sienn' su' l'bout des pieds
Et part avec d'aut's idé's, des idé's à li,
Su' les femm's et la terr', su'l'Amour et la Vie !

Ah ! queu coup qu'c'est pour li, pauv'e propriétère !
C'tte gaup' qui l'fait cocu ! C'tt enflé qu'a mal tourné ! ...
Queu coup ! Sa femm' déborné, son gas déborné ! ...
D'ell'-même, eune larme s'en hasarde au long d'son nez.
Mais quoué ! tout est pas pardu : la récolte pousse
Ent'les quat' born's qui rest'nt planté's au creux d'sa terre,
Et soun oeil roug' s'adoucit d'vant la mouésson douce.

...I' s'couche et passe un quarquier d'nuit assez tranquille ;
Mais l'cauch'mar l'empougne à la fin d'son premier soumme :
l'vouét la terr' qui s'enlèv' par-dessus les bornes
Coumme aux pays chauds, quand la mer engouff' les îles,
Et l'blé qui mont', qui mont', qui monte à grands flots roux,
Mêlant la part de l'un à la part de tertous !
Ah ! ce rév' ! ... Ce mém'rév' qui barce les sans-l'sou !
Ce rév', qu'était qu'un rév', coumm' les rév's qu'on peut faire...
Ce rév' a fait querver l'pauv'er propriétére.