Les braconniers (Gaston Couté)

Not' chât'lain, qui laiss’son gibier
Trotailler dans ses bois d’Sologne,
Peut pas souffri' les braconniers ;
Et, si jamais i's les empognent,
Ses gardes les livr'nt aussitôt
Aus gendarmes qui les emmènent
Pour ren, pour un méchant lap'reau
Coll'té-z-au mitan d’ses garennes.

Un bon conseil Môssieu l’chât'lain :
Ecoutez-le ben, il en vaut la peine.
Veillez-don' moins su' vos lapins.
Et veillez mieux su' vot' chât'laine.

Pour pas qu’son bien soit galvaudé
I' poste un garde au pied d’chaqu’chêne
Et pass’tout son temps à l’garder,
Mais, tandis qu'i court son domaine
A traquer comm' gibier nouvieau
Les mauvais gas qui s'y hasardent,
I' laiss’sa bell’dame au châtieau
Sans seul'ment y laisser un garde.

La pauv' tit' femme se dit comm' ça :
" Quelle existenc’que j’mèn', tout de même !
Les braconniers sont des beaux gas,
L’temps doit êt' moins long quand on aime ! "
Et c'est c’qui fait qu’pas mal de ceux
Qu'on chasse comm' des bét's infâmes
Des grands bois de chên's à Mossieu
Rentr'nt dans les draps fins à Madame.

En leu's bras coum' dans un collet
Les mauvais gas lui prenn'nt la taille
Et, tout l’long d’son p'tit corps follet,
Leu's gueul's s'en vont en maraudaille ;
Les voleux, d'pis sa bouch' fleuri'
Lui prenn'nt un par un, c’qu'all’a d’charmes
Et quand qu'is y ont tout pris, tout pris,
A s’garde ben d’qu'ri les gendarmes.