Les charançons (Gaston Couté)

Les pésans tertous s’sont ben échignés
Autour des mouéssons, autour des batteuses
Mais à c'tt' heure le blé r'gorge leu' gueurgner :
Z'en prenn'nt eun' pougné' dans leu' mains calleuses
Qui r'jitt'nt en gueulant après l’mauvais sort :
Les tas d'blé sont pleins d’ces bestiol's malines
Qui s’font eun' maison d’chaqu’petit grain d'or
Après en avouer sucé la chair fine.

Pésans ! i' va fallouér chauler :
Y a trop d’charançons dans vout' blé !

Les pésans tertous s’sont ben échignés
Pour él'ver les p'tiots qui croutillin ferme,
Et déjà les grands sont partis gagner
Le pain -de chaqu’jour aux tâch's gris's des fermes ;
Mais les gas d’mossieux Untel et Untel
Vont ét'dans queuqu’temps noummés fonctionnaires
Dans eun' plac’tranquill’coumme un bieau coin d’ciel
Où qu’c'est qu'is coul'ront la vi' sans ren fére !

Pésans ! i'va fallouér chauler :
Y a trop d'charançons dans vout' blé !

Les pésans tertous s’sont ben échignés
Pour payer l'impôt, pour fér' les corvées ;
Les queuqu's tit's piéc's d'or tiré's au meugner
Vars el parcepteur se sont ensauvées ;
C'est pou' graisser l’bec à ces foutus gas
Car, si ça n'fait ren, faut vouer coumm' ça mange !
Sûr que dans l'budget, ça fait pus d’dégâts
Qu’les mauvais's bestiol's dans tout l’blé des granges

Pésans ! i' va fallouér chauler :
Y a trop d'charançons dans vout' blé !

Les pésans tertous s’sont ben échignés,
Mais i's s'en vont qu'ri deux pierr's de chaux vive
Qu'i's mett'nt à s'éteind’dans l'ieau d'un baquet
Et v'la qu'i's arros'nt de c'tte blanch' lessive
Les pauv'ers tas de blé pourris d’charançons ;
Alors, tous ces sal's inséqu's agonisent,
Tout' la varmine querve, et les pésans sont
Les maît's à présent, d’leu Miche r'conquise !

Pésans, d'main, i' faura chauler,
Chauler pus loin que vaut' tas d'blé !