Les ch'mins (Gaston Couté)

En ce temps-là, c'était l'Empire ou la République
Ou c'était l'Roué : ça vaut pas la peine d'eune esplique !
Dans un bourg, par le val de Louére ou la Bieauc’blon.de,
Deux femm's fir'nt chouér eun' bessounné d'leu' gidouill’ronde :
La p'ermiére eut deux gas, et deux garces la s'conde.
On appla les gas : Jean et Jacques,
Les garces : Touenette et Marie.
Les gas étint coumm' deux grous oeufs de Pâques
Et les garces frél's coumm' des oeufs d'pardrix.
I's poussèr'nt près des blés : d'eune an à chaqu’récolte.

On mit les gas en culottes
Et les garc's en cotillons ;
Et i's s'trouvér'ent - bessons, bessoun'ns - après l'école,
Les gas portant barbes folles,
Les garc's avec des tétons.

I's s'trouvér'nt dans eune plaine oùsque c'était la vie
Par les bissons d'mûr's douc's et les tallé's d'orties,
Et i's voi'nt le bounheur, en mêm' plac’que l'souleil,
Leu' fer' signe, au fin bout d'la plain' nouère et varmeille,
Et i's partir'nt - bessons, bessoun'ns - tout quat' d'un coup
Pour agripper l'bounheur oùsque j'courons tertous.

Jean et Mari' prir'nt la rout', la grand'rout' tout dréte
Oùsqu'l'aubargiste fum' sa pip' devant l'aubarge,
Oùsqu'la port' des Mairi's s'ouvre aux blancs mariages
Et oùsqu'les gens dounn'nt le bonjour au gard'champête.
La rout', la bounn' route oùsqu'on est hounnête !
Touénette et Jacqu's prir'nt, à tous les hasards des champs,

Les ch'mins d'travars', les mauvés ch'mins
Oùsqu'on s'aim' sans aut' consent'ment
Que l'consent'ment d'l'Avri' qui vient,
Et oùsqu'on détrousse, à nuit nouère,
Les marchands d'boeu's qu'ont fait des pistol's à la fouère.
Les ch'mins d'travars', les mauvés ch'mins.

Mari' s'achiésa su' eun' born' de la grand'route,
Ses deux mains su' ses tétons, pour pas qu'on y touche,
Et a r'garda longtemps passer les épouseux :
Ceuss dont les sabiots sal's dis'nt les arpents fartiles
Et ceuss’qui sont flusqués pour teni' plac's en ville.
Enfin, a suivit Jean l'pus rich' de ces moncieux.
I's sortir'nt de d'cheu l'mair' pour entrer cheu l'curé
Et l'souér des noc's pour fer' le compt' des billets d'mille,
A r'tira ses deux mains crouésé's su' son corset.

Touénette, en counnaissanc’d'amour,
Courantina, tétons au vent,
Ecoutant aux poch's des passants
C'tte chanson des écus sonnants
Qui fait r'dresser l'oreille aux sourds.
Un jour à Jacqu's, un jour à Jean
Et'core à eun aut'e eun aut' jour,
Pour senti' su sa pieau la chatouill’des jaunets
A'laissa leu's mains les fourrer dans son corset.

Jean et Marie eur'nt eun'boutique au long d'la route.
Et leu' noms à la porte en lett'ers grand's et grousses.
Pernant l'Argent, darrière un comptouér soulennel
Aux ceuss qu'avint l'moueyen d'et' de leu' clientèle,
I's am'nér'nt la faillit' du concurrent du coin
Qui s'en alla fini d'eune hounourab'el mort
Dans l'foussé aux vaincus, sous les yeux des pus forts !
Jacqu's jeta par d'ssus les moulins sa blous’d'enfance
Et échappa dans l'vent large des mauvés ch'mins
Aux p'erjugés qui vous r'vienn'nt coumm' des vieill's romances.

Pernant l'Argent, en farfouillant dans les sarrures,
Simp'elment oùsqu'y en avait, aux ceux qui 'nn'avint,
I'mit un pauv' chat'lain dépouillé en posture
D'endousser eun' besace et d'aller qu'ri son pain !

Et l'mond’par les cités nouvell's et les bourgs vieux,
R'gardait aller, avec des jug'ments dans la bouche :
Jean et Mari' su' la grand'route.
Môssieu ! Madam' ! Madam' ! Môssieu !
La Touenette et l'Jacqu's, dans les michants ch'mins,
Putain ! Voleux !Voleux ! Putain !

Mais eun hivar la neig' tomba
Quinz' jours, troués s'main's, sans fin ni cesse ! ...
Epésse, épésse !
Par d'ssus les born's, par d'ssus les pa's,
De tell’magniér' qu'alle enterra
La dret' route et les ch'mins tortus
Et qu'les deux garc's, et qu'les deux gas,
Malgré tout's les étouél's du ciel
S'y trouvér'nt bel et ben pardus !

Si ben pardus ! ... qu'au moues d'dégel
L'même mond', par les cités nouvell's et les bourgs vieux
R'gardait aller, avec d'aut's jug'ments dans la bouche
L'Jacqu's et la Touénett' (par maldounn ! ) sur la grand'route,
Môssieu ! Madam' ! ... Madam' ! Môssieu !
Marie et Jean (par maldounn) dans les michants ch'mins,
Putain ! Voleux ! ... Voleux ! Putain !

Et moun histouer' s'arrête à c't'heure...
Vous v'lez savouér si qu'i's ont agrippé l'bounheur ?
Non ! ... l'bounheur,
I' s'agripp' pas ! Pus on l'approch', pus i' s'racule.
Mais ça se r'ssemb'el tout d'mêm' ben
Eune hounnet' femme et eun' putain,
Eun hounnéte houmme et eun' crapule !