Les conscrits (Gaston Couté)

V'là les conscrits d'cheu nous qui passent ! ...
Ran plan plan ! L'tambour marche d'vant ;
Au mitan, l'drapieau fouette au vent...
Les v'là ceuss’qui r'prendront l'Alsace !

l's vienn'nt d'am'ner leu' numério
Et, i's s'sont dépêchés d'le mett'e :
Les gâs d'charru' su' leu' cassiette,
Les gâs d'patrons su'leu' chapieau.

Tertous sont fiârs d'leu'matricule,
Coumme eun' jeun' marié d'son vouél’blanc ;
Et c'est pour ça qu'i's vont gueulant
Et qu'on les trouv' pas ridicules.

I's ont raison d'prend’du bon temps !
Leu' gaîté touche el'coeur des filles ;
Et, d'vouèr leu's livré's qui pendillent,
Les p'tiots vourin avouèr vingt ans.

Les vieux vourin êt'e à leu'place ;
Et, d'vant leu's blagu's de saligauds,
Des boulhoumm's tout blancs dis'nt : " I faut
Ben, mon guieu ! qu'la jeuness’se passe... "

Et don', coumm'ça, bras-d'ssus, bras-d'ssous,
l's vont gueulant des cochonn'ries.
Pus c'est cochon et pus i's rient,
Et pus i's vont pus i's sont saoûls.

Gn'en a mém' d'aucuns qui dégueulent ;
Mais les ceuss’qui march'nt core au pas,
Pour s'apprend'e à fair' des soldats,
l's s'amus'nt à s'fout' su' la gueule.

Pourquoué soldats ? I's en sav'nt ren,
- l's s'ront soldats pour la défense
D'la Patri' ! - Quoué qu'c'est ? - C'est la France...
La Patri' !... C'est tuer des Prussiens !...

La Patri' ! quoué ! c'est la Patri' !
Et c'est eun' chous’qui s'discut' pas !
Faut des soldats ! ... - Et c'est pour ça
Qu'à c'souér, su' l'lit d'foin des prairies,

Aux pauv's fumell's i's f'ront des p'tits,
- Des p'tits qui s'ront des gàs, peut-être ? -
A seul’fin d'pas vouer disparaître
La rac’des brut's et des conscrits.