Les draps sèchent sur le foin (Gaston Couté)

Quoué qu'a tombé su' la prairie
Pour qu'on la revi' coumm' ça tout' blanche ?
Tomb' pas d'neige en plein coeur d'avri' :
Ça f'rait framer l'yeux aux parvenches.

Eh ! ben, v'là c'que c'est : à c'matin
On a fait la lessive à la farme,
Et les draps prop's séch'nt su' le foin
Et sous le hâl' qui souff'el farme.

Les draps sèch'nt, les draps oùsqu'on s'fourre ;
Quasi coumme el' soulé se couche,
Ereintés par la tâch' du jour
Et oùsqu'on s'endort coumm' des souches.

Les draps d'sommeil, les draps d' repos
Qu'entend'nt ronfler sans fin ni cesse,
Mais qu'entend'nt pas souvent d'bécots
Et qui sent'nt pas souvent d'caresses.

Les pauv'ers draps à qui qu'l'amour
S'en vient pas souvent fair' visite,
Et, si ça y arrive un bieau jour,
Il ent'e, i' sort, et r'fil' ben vite.

Les draps sèch'nt et par-dessous eux,
Sans qu'on y voi' ren, les foins poussent,
Les foins oùsque les amoureux
Ont coulé des minut's si douces,

Les foins pleins d'petits creusillons
Qui sont autant d'gîtons d'amour
Que les coup'les en contravention
Ont s'més coumm' ça su' leu' parcours.

Les draps sèch'nt, et les foins sent'nt bon,
I's sent'nt la chair de fille et d'mâle
Et guerdill'nt encor des frissons
Du gas qu'ensarr' la garc' qui râle.

Les draps sèch'nt et, tout en séchant,
Les foins qui sent'nt bon les parfument,
Les v'là secs ! au soulé' couchant
I's s'ront à leu' plac' de coutume

Dans les grands lits aux grands ridieaux
Et, à c'souer, la chandell' soufflée,
L'mait' ed' farme encore tout vieillot
Sentira son coeur s'réveiller.

L'charr'quier ira r'trouver la bonne
Et la bonn' le coursera point,
L' porcher r'grett'ra d'avouer parsonne
Pasqu' les draps sentiront les foins.