Les mains blanches, blanches... (Gaston Couté)

Elle avait les mains blanches, blanches,
Comme deux frêles branches
D'un aubier de mai ;
Elle avait les mains blanches, blanches
Et c'est pour ça que je l'aimais.

Elle travaillait aux vignes ;
Mais les caresses malignes
Du grand soleil
Et l'affront des hâles
Avaient respecté sa chair pâle
Où trônait mon baiser vermeil.

Et ses mains restaient blanches, blanches,
Comme deux frêles branches
D'un aubier de mai.
Et ses mains restaient blanches, blanches
Et toujours ! toujours ! je l'aimais

Mais un monsieur de la ville
Avec ses billets de mille
Bien épinglés
Vint trouver son père
Aux fins des vendanges dernières
Et s'arrangea pour me voler...

Me voler la main blanche, blanche,
Comme une frêle branche
D'un aubier de mai,
Me voler la main blanche, blanche
La main de celle que j'aimais !

Au seul penser de la scène
Où l'Autre, en sa patte pleine
D'or et d'argent,
Broierait les mains chères
Au nez du maire et du vicaire,
J'ai laissé ma raison aux champs,

Lui ! toucher aux mains blanches, blanches,
Comme deux frêles branches
D'un aubier de mai,
Lui ! toucher aux mains blanches, blanches,
Aux mains de celle que j'aimais

La veille -du mariage,
Chez le charron du village
Je fus quérir
Un fer de cognée,
Et m'en servis à la nuitée,
Quand ma belle fut à dormir.

J'ai coupé ses mains blanches, blanches,
Comme deux frêles branches
D'un aubier de mai,
J'ai coupé ses mains blanches, blanches...
C'était pour ça que je l'aimais !