Leu' commune (Gaston Couté et Maurice Lucas)

Pièce en un acte

C'est presque le soir. La route. Une brouette à l'entrée d'un " abri de cantonnier ", et, dans la brouette, les divers outils de cet intéressant fonctionnaire.

SCENE PREMIERE
Le cantonnier, le maire

Le cantonnier, menant le maire vers l'abri :
Moué, 'lexis, quouéque tu veux que je te dise ?... J'en sais guère pus long que toué... C'est queuque passager !... Je l'ai trouvé l'âme à l'envers sous m'n abri et qui bouchonnait, qui bouchonnait, qui bouchonnait l’devant d’sa blouse à défaut d’draps... Quand qu'on se met à bouchonner, c'est signe que la môrt est pâs loin !... Quoué faire ?... jamais ren faire sans le maire !... j'ai couru te qu'ri !... Et pisque nous v'là rendus tu vas ben vouer par toué-même. (Désignant l'abri) Quiens ! il est là n'-d'dans ! (Poussant la brouette et passant sa tête sous l'abri) Hé l'homme ! hé l'homme ! eh ben, quoué don ?... Hé !... l’répond miette ! l’bouge pus !...Dam' t't-à.l'heure i' bouchonnait : quand qu'on se met à bouchonner... l’est môrt, ej’crés ben ?... Regarde-don' ! 

Le maire, prenant la place du cantonnier
Mais c'est le traîneux qu'est entré c’tantout à la mair'rie...Heu !... fait ben grise mine !... Enfin, si c'était qu'eune faiblesse, des foués ? Secoue-le don' 'core un peu !... (Après être sorti de l'abri) Et pis, eune idée... passe-z-y vouèr les verres de mes leunettes par en d'ssous le nez et d'vant la goule... J'allons nous rendre compte si i' fait 'core de la buée !... (Avec son mouchoir à carreaux il essuie soigneusement les lunettes qu'il tend au
cantonnier) 

Le cantonnier, après l'expérience
Les v'là, tes leunettes !... et tu peux ben lire ton journal avec, si tu veux : c'est pas sa buée qui te barbouillera la vue !... i' souffle pus !... c'est fini, quoué ! 

Le maire, après avoir examiné les lunettes attentivement
C'est fini!... c'est fini !... c'est fini... pour li, que tu veux dire... mais pour nous aut'es, ça va commencer, les embêtements!... Tu sais ben que c'est eune sale histouére qui nous arrive là, Mitaine ? 

Le cantonnier
Sûr que voui!

Le maire
D'abôrd, de quoué qu'i' peut ben ét'e môrt ?... pourvu que ça soit pas d'eune maladie qui se donne ?... c'est que j'aurions le germe au sein de la commune à c'tt' heure. 

Le cantonnier
Oin !... mais non !... 'l est môrt, pasqu'il est môrt !... ou mieux que ça, quiens !... pas la peine d'aller en chercher si long !... 'l est môrt... de besoin - tout simplement ! 

Le maire
T'as raison !... c'est probab'e... et ça vaut mieux !... voui, c’gâs, il est entré c’tantout à la mair'rie... I' voulait un secours... 

Le cantonnier
Et comme je voués, t'a pas jugé à propos...

Le maire
Dam', i' s sont tertous à demander des secours, les traîneux qui passent !... mais nom de guieu ! i's se figurent don' que j'en avons à foutre par la fenêtre !... La commune est pas si riche et aile a ben assez d'indigents déjà... Ça me fait songer que j'allons 'core en avouèr eune de pus au bureau de bienfaisance : la veuve à Grison, Grison qui s'est tué en tombant d'un tremble, comme il émondait su' la route, pour le compte de la municipalité... 

Le cantonnier
C'tte pauv' femme !

Le maire
Enfin, elle !... qu'on la soutienne : bon, elle est d'ici ! mais les traîneux qui passent, ça ne nous regarde pas !... Après tout, moué, je connais qu'eune chouse : les secours de la commune doivent aller à ceuss qui sont de la commune... Qu'i's aillent cheux eux, les traîneux, demander des secours !... I's sont ben d’queuque part?... 

Le cantonnier
Y a pâs d'aubours !... Et c'ti-là d'oùsqu'i' peut ben ressourcer ?... je vas le fouiller !... p'tét'e qu'il a des papiers su li ?... 

Le maire
Ben rare !... j'y ai demandé à c’tantout... s'il en avait èvu, j'y aurais donné un mot pour aller jusqu'au canton... mais ren !... Du moment qu'i' n'en avait point à produire dans son intérêt, guette, mon grous, qu'i' va en avouèr pour nous rend'e service?... Fouille-le tout de même : j'en aurons le coeur net ! 

Le cantonnier, après avoir fouillé
Ma foué ! j'ai ren trouvé...

Le maire
Qui don' qui sait ?... P't-ét'e qu'il a de la famille qu'aurait pu le reprend'e ?... mais à qui s'adresser, de c'tt' affaire-là ?... 

Le cantonnier
De c'tt' affaire-là... heu...

Le maire
De c'tt' affaire-là... va trous rester su' les bras !... 'acré nom de guieu de nom de guieu ! ! ! Vouéyons, Mitaine, va fallouér aviser? (Il se promène un instant sans rien aviser.) 

Le cantonnier
Si j'allais qu'ri les gendarmes ?...

Le maire
Les gendarmes !... brusquons pas !... i' sera toujou's temps d'aller les qu'ri... Dans eune saprée machine comme ça, qu'est pas coutume, faut pas y aller en étourdieaux... Avisons d'abord ! 

Le cantonnier
C'est bon !... (Apercevant le garde champêtre.) Quiens !...v'là not' garde !... il arrive ben... c'est comme si qu'il aurait flairé qu'i va y avouér de la besogne pour li ! 

Le maire
D’la besogne pour Ii ?... y en a au long de l'ieau... A c'tt' heure, je n'avons que faire de ses services, icite... pasque...pasque, là !... Avisons d'abord, que j'te dis !... et tiens ta langue ! 

Le cantonnier
'A pas peur, moué, j’la tiens ! (Désignant l'abri) Tant qu'à c'ti-là c'est pas li qui veut lever la sienne !

SCENE II
Le cantonnier, le maire, le garde

Le maire, au garde
Quiens, c'est toué que v'là par icite ?

Le garde
Comme vous vouéyez !

Le maire
C'est ben. Pisque te v'là, que je te touche deux mots ! Je voulais déjà te causer à ce sujet-là, un matin, et pis ça m'est sortu de l'idée... Dis don' paraîtrait qu'y a des coll'teux qui viennent de Bucy... 

Le garde
Ah ! j'en ai pas eu vent !

Le maire
C'est pâs ce qui prouve en ta faveur... tu devrais déjà être renseigné : je te payons pour. L'autre jour, t'as verbalisé contre Piédallu... qu'est de la commune : c'est pas que je t'en fasse un reproche. Du moment qu'y a eune loi t'es forcé de la faire respecter ?... Seulement, je vourai tout de même pas que tu laisses les galvaudeux des communes de tout autour veni' coll'ter su' la nôt'e ! 

Le cantonnier
I's sont bien forcés... Coll'ter ! Des brochets à coll'ter !... I's en ont pas su' leu' bras de rivière qu'on est toujou's à voliner rapport aux moulins... Les brochets ! ça se plait dans la quenouillée ! ça aime dormi son midi tranquille, les brochets !... Comment qu'i's pourrin dormi tranquilles avec des coups de dragues et des lancées de fauch'tons à tout bout d'champ... I's se parquent tertous su' not' bras, dans les rouches, les querssons, les vescins, et i's passent pâs la fourche... I's restent cheu nous, les brochets !... I' vont pas su' eux 

Le maire
Tout ça, c'est pâs des raisons ! En admettant qu'on soit coll'teux - ce qu'est défendu ! - quand y a ren à coll'ter cheu soué... on coll'te pâs ; on va pâs coll'ter cheu les aut'es !... V'là pourtant ce qui se passe, et faut point de ça... T'entends ben, garde ? Ouvre l'oeil et le bon ! 

Le garde
V'avez ben fait de m'averti, môssieu le maire ; mais vous pouvez être tranquille... je descends de ce pâs jusqu'au long de l'ieau et gare !... Ah ! me v'là parti !... A demain !... Y aura p't-ét'e du nouvieau ! (Il part. )

SCENE III
Le cantonnier, le maire

Le maire, regardant le garde s'éloigner
Ah ! v'là un gâs qu'a sa ligne de conduite toute tracée, li !... c'est pas comme nous !... Je sommes pas au bout de not' tortillon, tu sais, Mitaine... Tu te fais-t-y seulement eune idée de tous les désagréments qui nous attendent? 

Le cantonnier
Que si que j’m'en fait ben une idée ; mais va y en avouér tellement !... Ren que pour commencer... on peut pas le laisser là... t'as-t-y un local sous la main pour l'installer en attendant le permis d'inhumer du médecin ? 

Le maire, après réflexion
Le préau de l'école ?... c'est pas demain dimanche !... y a classe !... La salle de la mair'rie ? y a réunion du Conseil, à c’souér... c'est vrai, je voués pâs d'endret, moué non pus ! 

Le cantonnier
Ça fait ren ! mettons qu'il est câsé pour à c'souér. Demain ?... c'est un cercueil, c'est eune fosse... 

Le maire
Et c'est la commune, 'turell'ment, qui sera obligée de li payer tout ça !

Le cantonnier
Après-demain, faura l'enterrer... y a guère possibilité de l'enterrer avant... Après-demain, justement ça tombe que c'est dimanche, l'assemblée !... 

Le maire
Voui, eun évènement comme ça c'est pas fait bieaucoup pour faire rire la fête...

Le cantonnier
Y a aut' chose !... A queu bout du cimetière que tu comptes le mett'e ?

Le maire
Ah ! dam... ça c'est à considérer ; faut ménager les suscesstibilités... A côté de qui qu'on pourrait ben le mett'e ? 

Le cantonnier
C'est à vouèr ?

Le maire
Et de ben prés, même ! de ben prés !... Y a des familles que ça pourrait formaliser de se vouèr allonger en cont'e un de leurs memb'es un citouéyen comme c'ti-là ! 

Le cantonnier
Le fait est qu'y a pas de quoué se trouver flatté non pus !... Enfin, à part la rangée de l'ancien adjoint et celle de Mme de Brizon, la donatrice, ousqu'il est pas Dieu possible qu'on puisse seulement songer à le mett'e, je voués déjà pus tant de places que ça, dans le cimetière !... 

Le maire
Dam', i' s'emplit un peu pus, tous les ans, de tous les ceuss que j'avons perdus dans l'année, et i' date pas d'hier ! mais, au train que ça va là, si tous les étrangers viennent nous le boucher, où don' que c'est que je nous ferons enterrer après, nous et les nôt'es ? 

Le cantonnier
J’songe... el’coin à Magloire le pendu ?

Le maire
Voui... si Magloire le pendu était pâs le bieau-frère à Suchet-Magloire du Conseil... un bon, qu'a toujou's ben voté... On dirait que je manque de taqute ! 

Le cantonnier
Y a tout le temps des malintentionnés qui trouvent à redire su' tout !...

Le maire
J’sais ben... c'est justement pour ça... v'là les élections qu'approchent... Tu t'en rappelles, des dargniéres?... ben, mon gâs, i' s'en est pas fallu des tâs et des tâs pour que M. Mothiron Gustave me monte su' l' pouél... M. Mothiron Gustave, qu'est venu établi' sa fabrique cheu nous, v'là core pâs neuf ans, me monter su' l’pouél à moué, natif d'icite, maire depis j'sais pus comben, qui s'a toujou's mis en quat'e pour la commune !... quoué que tu dis de ça, toué, Mitaine ? 

Le cantonnier
Je dis que la faute en est aux ouvriers qu'i' fait veni' de côtés et d'aut'es, mais que le monde d'icite sait ben que M. Mothiron Gustave c'est tout ce qu'on voura : eun honnête homme, eun homme capable, un sincère républicain, p't-ét'e ?... mais que pour ét'e de la commune : il en est pâs et que, par conséquent, i' peut pâs en connaît'e les besoins comme toué ! 

Le maire
Enfin, quoué qu'i' ferait, li, M. Mothiron Gustave si qu'i' serait à ma place à c'tt 'heure?... 'serait p't-ét'e 'core pus emprunté que moué ? 

Le cantonnier
Ça se pourrait ben, va 'lexis !

(On entend la chanson des conscrits)
Dans un village de l'Alsace,
Parmi les soldats du vainqueur,
Une blonde fillette passe
En murmurant d'un air vengeur...

Le maire
Allons bon !... c'est comme un fait exprès... eune route qu'est si peu passagère de coutume... y a pâs moyen d'avouér eune minute pour aviser... V'là les conscrits, à présent ! 

Le cantonnier, avec un brin d'admiration
Encore!... les cochons!... depis la revision ça fait leu' trouésième jour de bordée sans décesser !...

SCENE IV
Le cantonnier, le maire, les conscrits

Les conscrits
Salut, môssieu le maire !

Le maire
Salut, salut, les gâs !... vous v'là ben gaîtieaux, à c'souér ?

Premier conscrit
Pas d'quoué ét'e tristes !

Le cantonnier, au deuxième conscrit, qui a le nez écorché
Quiens, t'as voulu casser mes cailloux avec ton nez, toué, gâs !... on doute de ren quand on est saoûl ! 

Deuxième conscrit
Parguié oui... saoûl... c'est un coup de poing, si tu veux le savouér...

Premier conscrit
On vient de s'en foutre eune roulée avec ceuss de Bucy.

Deuxième conscrit
Nom de guieu !... la belle roustée qu'i' sont reçue !... y a l’michant Jusseaume qu'en a les oreilles toutes décollées ! 

Le cantonnier
Bougre !... vous y allez pâs de main-morte, vous aut'es !... pour ça, v' êt's taillés... des vrais harcules, quoué ! 

Les conscrits, ensemble, sautant sur un pied et faisant le salut militaire
Bons pour le service !

Le maire, considérant les conscrits
Des maît'es gâs comme ça, on va te les verser d'emblée dans l'artillerie !...

Premier conscrit
J'veux ben !... là ou ailleurs... j'm'en fous !

Le cantonnier
Dis pâs ça, mon couillon !... c'est eune belle arme, l'artil'rie... moué..., j'y ai servi : je m'en fais glouére et honneur... Si tu nous avais vus en Crimée !... et pis 70 est venu... J'avons rendu ben des services, nous aut'es, dans l'artii'rie ; mais les Prussiens avin des canons, des canons... 

Le maire
Ah ! dam !... Après le conseil de révision, j'ai vu l'officier de recrutement qui disait au sous-préfet : "Mon cher, aujord'hui, y a que l'artil'rie, c'est de l'artii'rie que dépend le sort des batailles !... " Hein !... " C'est de l'artii'rie que dépend le sort des batailles ! " on s'est outillé depis 70... A la prochaine guerre, c'est vous qui nous les ferez rendre, les provinces pardues, ,v'entendez ben, les artilleurs ! 

Deuxième conscrit, un peu ému
Mais voui, môssieu le maire, qu'on entend ben... Guieu merci.., on n'est point sourd !... 

Premier conscrit, rigolant
C'est pas comme Jusseaume ; i' doit 'core avouèr le bourdon dans l'oreille des tapes qu'il a reçues.., y a le grand Liche-Tout qu'a pas écopé, li, an'hui : i' fait le malin... Le premier coup qu'on se battra avec ceuss de Bucy faura itou y abîmer un peu la gueule pour y faire vouèr !... (Au deuxième conscrit. ) Dis don', j'allons pas prendre racine icite... on s'en va. 

Le deuxième conscrit
Eh ben, en route.., j'allons bouére un lit'e cheu Goupil... V'là ta journée finie, toué, Mitaine?... v'êtes pas de trop, créyez ben, môssieu le maire !... 

Le maire
Merci, les gâs.., j'ai 'core à faire un peu avec Mitaine.. ça sera pour la revoyée. (Voyant venir Marie.) Et pis, du reste, v'là de la compagnie qui vous sera pus agrèab'e que la nôt'e pour faire route jusqu'au bourg...

SCENE V
Le cantonnier, le maire, les conscrits, Marie Roule-ta-Bosse

Le maire, à la Marie
Te v'là déjà qui trottes, toué, la Marie ?

La Marie
Ah ! v'là bel an que j'sés debout !...

Premier conscrit
On s'arrête pas pour si peu, 'c’pas, la Marie ?

La Marie
C'est pas le moment de feignanter... y a eune goule de pus, cheu nous, à c'tt'heure... faut aller... 

Le maire
I'se fait vivre, comme ça, ton petit ?

La Marie
Si i' se fait vivre ?... mais i' vient comme un chou ! je l'avons mis l'autre jour su' la bascule ! i' pèse dix livres moins cent grammes. 

Le cantonnier
La mauvaise harbe ça pousse toujou's !

La Marie
Parguié !... c'est pour ça que v'avez poussé, vous ! (Rires.)

Deuxième conscrit
Pan, Mitaine !... attrape !... c'est que faut pas s'y frotter à la Marie !

Le cantonnier
Faut pas s'y frotter ?... a pourtant ben fallu que queuqu'un s'y frotte !... qui qui y a fait l’petit qu'a' vient d'amener ?... c'est pas le Saint-Esprit ? 

La Marie
Ah ! pour ça, non !... je vas pas assez souvent à confesse...

Le cantonnier
Qui que c'est, à c’câs-là?... Dis-nous qui que c'est ?... Tu veux pas nous dire qui que c'est, la Marie ? 

La Marie
Pourquoué fére ?

Le cantonnier
Pour savouér, quiens !

La Marie
Que ça vous regarde... j'ai-t-y des comptes à vous rend'e à vous? (En causant, elle s'asseoit sur le bord de la brouette.) 

Le cantonnier
Ah ! toué, tu fais la maline... mais, au fond, j'sais ben pourquoué que tu veux pâs le dire !... c'est que tu t'en rappelles pus, là !... Vouéyons (Désignant le premier conscrit) C'est-t-y li?... (Désignant le deuxième conscrit) C'est t-y li ? 

Le premier conscrit, désignant le cantonnier
C'est-t-y li ? Oh ! vieux Chausson de Mitaine !.., l’en serait ben capab'e ?...

Le cantonnier
Ah ! non i... mes pauv's grous.., je le regrette ; mais v'là bieau temps que le
brancard de ma berrouette est cassé... (A la Marie) C'est-y le Baïeux qu'a fait la mouésson avec toué? c'est-y le gâs au sabotier que t'en ratais pas eune avec li, aux danses el’dimanche... c'est-y Pitance, Pitance, de Bucy qu'était toujou's fourré dans tes cottes, par un moment ?... 

La Marie, se récriant
Pitance.., de Bucy !.., ah non !... pas c'ti-là !... et pis, tenez, v'là ce qu'en est au sujet de Pitance, de Bucy... I' m'a rôdé dans les cottes, ça, c'est vrai : j'y pouvais ren !... Mais un jour qu'i' voulait à toutes forces, j'y ai dit : " J’veux pas, avec toué !... va à Bucy, va avec les filles de cheu vous ! " Et Pitance est pas revenu ! Après tout, quouéque je risque, à présent ; je veux pâs me faire passer pour eune qui sait pas ce que c'est ; mon petit est là pour crailler le contraire... eh ben, voui !... je me sés jamais ren refusé, de c’côté-là ; mais, dans mes préférences.., je sés jamais sortu de la commune... ça, j’peux vous le jurer ! et su' la tête de mon petit, si vous voulez ! 

Le cantonnier, s'exclaffant
Ah bon guieu d’Marie !... bon guieu d’Marie !

Le maire, qui s'impatiente
Dis-don', Mitaine... t'es à ton affaire... du moment que tu racontes des cochonneries... y a pourtant aut'e chose qui presse pus que ça... hein? 

Le cantonnier
C'est vrai ! 'lexis (Congédiant les conscrits et la Marie)

Le maire
Allons, à revouér, mes enfants !... amusez vous ben... on est jeune qu'un coup !... 

Deuxième conscrit, en s'en allant et soulevant la brouette où s'est assise la Marie
Quiens, bouge pus, la Marie... je parie que je te roule comme ça jusqu'au bourg... bon guieu ! que t'es lourde !... t'es pourtant déchargée d'un bon poids... t'es trop lourde !... J’déhotte tout. (Il culbute la brouette. ) 

La Marie, se relevant en riant
Grand couillon, avec ton écorchasse au nez ! 

(Le premier conscrit, qui l'a aidée à se relever, lui empoigne un bras,- le deuxième conscrit se saisit de l'autre et ils partent tous en chantant.)

SCENE VI
Le cantonnier, le maire

Le cantonnier
Eh ben, t'as avisé... quoué que je faisons ?...

Le maire
Hein ?... 'acré nom de guieu de nom guieu de galvaudeux !... i' pouvait pâs seulement aller querver pus loin ? 

Le cantonnier
Pour ça, il avait pâs des masses de chemin à faire...

Le maire
C'est vrai... v'là le champ à Bouzier, là, devant nous, tout en luzarne... j'ai 'core vu l'aut'e jour, su' le cadastre, que c'était le champ à Bouzier qui faisait la limite de la commune, du côté de Bucy. 

Le cantonnier
Quiens, j'avais toujou's eu idée que c'était le grand orme...un peu pus loin, au bout de la sente. 

Le maire
Non, non !... j’te dis que j'ai vu le cadastre; l'orme est su' Bucy... Comme tu voués, à dix pas de pus... 

Le cantonnier
C'était ben du tracas de moins !

Le maire
Ben sûr... Tout -de même, c'est pâs à dix pas de pus qu'il est tombé... c'est icite !... 

Le cantonnier
Ça, on pouvait pâs y en empêcher ; mais...

Le maire
Vouéyons, Mitaine, faut en fini'. Ecoute moué. On se connaît pas d'hier tous les deux. Tu te rappelles, dans le temps, quand j'allin en classe, c'était à qui qui ferait des niches au maître d'école... et pus tard, qu'on était conscrits, j'en avons-t-y fait des bonnes blagues ? hein ! Ce coup que j'étions descendus dans la cave à défunt mon père !... Dis, tu te rappelles, y en avait jamais un pour vendre l'aut'e ! eh ben, là, Mitaine, j'ai eune idée... dans l'intérêt de la commune - comme de juste ! - 

Le cantonnier
Moué itou ! 'Iexis, j'en ai eune !

Le maire
Tant mieux... ça fait deux !...

Le cantonnier
Savouér ?... si c'était la même ?

Le maire
V'là... je retirons le corps de là-n-dans... je le chargeons dans ta berrouette... 

Le cantonnier
J'écarte ma pieau de bique par en-dessus...

Le maire
T'écarte ta pieau de bique par en-dessus... voui !... tu y es !... t'avais ben même idée que moué... 'acré Mitaine, va !... Tu fous queuques tours de roue à ta berrouette... 

Le cantonnier
Et pouf !... je déhotte not' traîneux su' Bucy... C'est moins gai que de déhotter eune fille su' la route, comme les conscrits de tantoût, mais, bah !... 

Le maire
Allons-y... et magnons-nous ! (Ils tirent le cadavre de l'abri, le chargent sur la brouette et le couvrent de la peau de bique) 

Le cantonnier, tout en arrangeant la peau de bique sur le cadavre
Ah ! c'est dommage que ça puisse pas se dire !... la commune saura jamais ce que t'as fait pour elle, à c’souèr, 'Iexis? 

Le maire
Ça fait ren, Mitaine !... Va... et déhotte-le.... tout de même pâs avant que d'être de l'aut'e côté du grand orme... pour être pus sûr !... 

Le cantonnier part avec la brouette ; le maire le regarde s'éloigner.