Môssieu Imbu (Gaston Couté)

Môssieu Imbu est mort, est mort et entarré !
Môssieu Imbu ! ... un gâs qui v'nait d'èt' décoré
Pour pas avouèr mis d'cess’depis qu'il 'tait au monde
A bagosser: « Imbu ! ... Imbu !... » et qu'était pus
Counnu qu'sous c'sobriquet à dix yieu's à la ronde...
Môssieu Imbu est mort, est mort et entarré !
I dira pus : « Imbu !.. Imbu ! » Môssieu Imbu !

Il avait tro's, quat' cépé's d'vigne en haut d'la côte
Et queuqu's minieaux d'blé dans la plain' de pus qu'les aut'es.
Pas des mass's, pas des tas ! pas ben larg', pas ben long !
Mais assez, pour pouvouèr avouèr eune opignon...
I' passait su' la place en lisant son journal.
Il 'tait républicain !... rouge... anticlérical !
Et c'est pour ça qu'il 'tait, depis troués élections,
L'Maire !... el'maire ed’cheu nous ! ... Môssieu l'mair'! nom de Guieu !

« Les curés !... » qu'i' disait - et, i' d'venait furieux ! -
« Des ouésieaux qu'la République engréss’dans son sein,
Et des cochons qui sont s'ment pas républicains !
Et pis qu'i's prenn'nt pas d'gants pour chatouiller les fesses
Aux femm's et aux garçaill's dans leu bouéte à confesse...
Moué !... j'veux pas qu'la bourgeoués’foute el’pied à la messe ! »

C'est vrai !... Mame Imbu foutait pas l'pied à la messe !
Tout d'même, il 'tait cocu... cocu coumme à confesse :
I' gangnait trop souvent l'notaire à la manille,
Le p'tiot notair' qu'avait des si fin's moustach's breunes !
Mais, assorbé dans la gérance ed’la coummeune,
Môssieu Imbu portait ses cornes sans les vouér
Et i' r'dev'nait gâitieau à dévider c't t'histouére,
C'tte bounne histouèr' de franc-maçon en mal d'esprit,
C'tte vieille histouér' du charpenquier tourneux d'chevilles :
Le cornard du pigeon et d'la Vierge Marie...
« Ah la r'ligion ! ... qué's couillonnad's et qué's môm'ries ! »
Et l'dégoût l'empougnait si fort qu'à des moments
S'il avait pas été c’qu'il 'était : eune houmme' conv'nab'e :
I' vous aurait craché su' un Saint-Saquerment !

Mais, quand qu'c'est qu'i vouéyait passer un régiment,
Eun' vent-vol trifouillait soun âm' de contribuab'e
En revolt' cont' les couillounnad's et les môm'ries;
D'vant l'drapieau, c'tt' aut' Saint-Saquerment : c'ti d’la Patrie !
I' faisait un salut à s'en démancher l'bras
Et qu'était, ma grand foué ! joliment militaire
D'la part d'un gâs qu'avait jamais été soldat...
Il avait ses idé's su' les vu's d’l'Angleterre
Et il 'tait poummouniqu’d'avouér gueulé la R'vanche,
L'hounneur de nout' armée et la glouér de la France !

C'est avec ça qu'il bouchait l’vid’de ses discours
Que l'maît' d'écol’passait en r'vu' pou' les grands jours
De Fête-Dieu laïqu', de Paradis scolaire :
Quatorz' juillet d'lampions roug's et d'pompiers brinzingues,
Distribution d'prix aux mardeux à qui qu'on s'ringue
Du républicanisse à les en fer' querver :

Il 'tait memb' d'eune flopé' d'sociétés d'brav's gens,
Et des foués président - d'quoué qu'il 'tait honoré -
Société d'secours mutuels et d'gymnastique,
Société d'tir et société d'musique !
Société d'tempérance et, tout en mêm'temps,
Société des francs-buveurs : les « Amis d'la vigne » !
Il 'tait pardu dans les rubans et les insignes :
Les mains qui s'quienn'nt, les p'tit's lyr's, les grapp's ed’raisin
Et aut's verrotaill'ris d'petzouill's civilisés
Qui bé'nt coumm'gueul’de four d'vant cell's-là des sauvages:

Il avait fait planter su' la plac’du village
Eune estatu !... pasque la coummeun' d'à-couté
N'n'avait eun'! et qu’j'étions ben autant qu'nous vouésins !...
...C'est l'poltrait d'un gâs qu'mém'les vieux ont pas connu !
Qu'est p'tét' qu'eun' blagu' !... Mais là !... j'avons nout' estatue
Et les deux chians au boucher ont eun' pissoquiére ! ...
D'aucuns ont dit qu'il 'tait pus urgent d'fére un ch'min,
Mais allez don' contenter tout le monde et son père !

Le jour d'l'inauguration de c'tte sapré' garce
D'estatu' ! yieau tombait, tombait coumm' vach' qui pisse !
Môssieu Imbu gangna chaud et fréd sous l'avarse
Et est décédé, coumm' les lett's de deuil le disent :
- A cinquante ans !... muni des saquerments d'l'Eglise ! -
J'l'avons r'conduit là-bas, dans l'enclos à tout l'monde,
En r'broussant l'pouél à nous chapieaux en sign' de deuil.
J'l'ont pleuré avec des discours su' son çarcueil,
J'l'ont r'gretté avec des tas d'courounn's su' sa tombe
Et j'l'ont laissé, porteux d'ses tit's et d'ses médailles,
Couché en terre, à couté des dargniér's semailles.

Môssieu Imbu est mort... est mort et entarré ! ...
Ah ! qué' souleil et qué' bon vent su' les luzarnes,
Et coumm' le vin mouss’frais aux pichets des aubarges
Et qu'la fille est don' gent' qu'écart' des draps su' l'harbe ! ...
Moué, ça m'dounne envi' d'viv' de r'veni' d'l'entarr'ment !
...C'est ça, bon Guieu ! ... tant qu'a dur'ra... vivons la vie !
Vivons-la ! en restant des houmm's tout bounnément
Et sans l'embistrouiller d'étiquett's d'épic'rie
Ou d'sentiments d'bazar en chiffon et far-blanc ! ...
Leu' politique empéch' pas les fleurs d'ét' jolies !

Et, pisqu’Môssieu Imbu est mort et entarré,
I' bouéra pus !... Dis don', la belle, au coin du pré...
Buvons, nous aut's ! ... el'vin est bon ! ... A nout' santé !
Et chiffounnons les draps qu'tu t'en viens d'écarter !