Pour un viol (Gaston Couté)

J'étais, quand c'tte affèr' m'a fait fout'e au d'dans,
Calouche, songeux, cloch'patte et brèch'dents,
Et j'sors de prison avec la mêm' touche:
Brèche-dents, cloch'patt', songeux et calouche.
Pourtant, y a Cath'rin', la femme au juré,
D'pis que le jug'ment d'son homm' m'a taré,
A' veut, avec moué, vouèr comment qu'ça s'joue,
Et la v'là qui rit et qui m'donn' ses joues...
Tiens don', gadoue!

Refrain :
Et tra la la la la la!
Pour un viol au coin du boués,
Pasque j'étais laid et qu'j'avais pas d'filles,
On m'a condamné ; mais c'était pas moué...
Et v'là qu'à présent j'ai toutes les filles,
Pour un viol au coin du boués !

Et pis y a la bell’chât'lain' du chatieau
Qu'est lass’ des baisers polis d'bourgeouésieaux,
Si lass’ que sa chair de vic's en désire
L'étreinte baveuse et foll’ du satyre.
Et la v'là qui m'suit par les ch'mins du boués
Dans l'espouèr que j'vas r'nouv'ler mes explouèts
Et qu'j'vas la rouler sur les feuill's éparses;
Mais j'm'en dérang' pas... j'y fais c'tte bonn' farce!
Ben fait, sal’garce!...
(au refrain)

Eune avait l'air blanch' coumme un mouès de Mai...
Après tout, cell'-là j'aurais pu l'aimer;
A' v'nait m'vouèr au bouès, dans l'après-dînée
Qu'j'abattais les chên's à grands coups d'cognée.
J'me trouvais trop nouèr pour causer d'amour,
Fallait que j'essplique, et j'y dis un jour :
"Moué, j'étais pour ren dans c'tte histouèr' pâs prop'e !"
Et, depis c'jour-là, j'ai pas r'vu sa robe...
Ah! la salope!...
(au refrain)

Fill's ! v'avez tué l'amour d'un pauv' gâs
D'pis l'jour ousque v'êt's tombé's dans ses bras;
Car, tout en prenant vos baisers d'débauche,
J'ai vu-z-au travers de vout' téton gauche,
Qu'vout' coeur n'était ren qu'eun' butte d'fumier
Su' qui qu'vous plantez des fleurs en papier
Pour nous fère accrèr' qu'aux amours nouvelles
Y pouss’des bluets et des roses belles...
Bon guieu d'fumelles !..
(au refrain)