Pourquoi ? (Gaston Couté)

Mes vieux, autant que j’m'en rappelle,
Avint eun' bell’maison en tuile :
l's m'él'vint coumme eun' demouéselle
Et j'allais au couvent d'la ville,
Pis, crac !... V'là les mauvais's années !
La bell’ maison qu'est mise en vente,
Toute ma famill’ qu'est ruinée,
Et moué que j'm'embauch' coumm' servante...

Pourquoué ? pourquoué ?
Je l’sais't-y, moué...
L’souleil se couch' sans dir' pourquoué !

Adieu mon bieau corsag' de mouére !
Faut qu’je pouille un cotillon d’serge,
Et, v'là qu'un jour qu'i' voulait bouére,
L’gâs au chât'lain rent'e à l'auberge ;
Je l’voués r'veni' le lend'main même
Et, de l’vouér, v'là mon coeur qui saute !
I' r'vient toujou's et v'là qu’je l'aime !
Pourquoué c'ti-là putôt qu'eun aut'e ?...

Pourquoué ? pourquoué ?
Je l’sais-t-y, moué ?
Les ros's fleuriss'nt sans dir' pourquoué !

V'là que j'i cède et qu'i m'engrosse,
Pis, i' s'ensauv' devant mon vent'e,
N' voulant pas traîner à ses chausses
L'amour douloureux d'eun' servante.
Ah ! l’scélérat, et quelle histouére !
Mais dans l’vin rouge et pur des vignes,
La dargniér' foués qu'il est v'nu bouére
J'ai trempé des herbes malignes...

Pourquoué ? pourquoué ?
Je l’sais-t-y... moué ?
L'tonnerr' tomb' ben sans dir' pourquoué ?

Si j'avais fait coumm' la vouésine,
Quand qu’son galant s'est tiré d’l'aile,
Alle en a r'pris deux, la mâtine !
Pourquoué qu’j'ai pas pu fair' comme elle ?
J’s'rais pas là, sous les yeux des juges,
Ces homm's juponnés coumm' des femmes
Qu'ensev'liss'nt un crim' sous l’déluge
D'un tas d'aut's crim's 'cor pus infâmes.

Pourquoué ? pourquoué ?
Je l’sais-t-y, moué ?
Eux non pus, i's sav'nt pas pourquoué ?