T'as-t'y ben fêté, mon Jacques ? (Gaston Couté)

Refrain :
T'as-t'y ben fêté, mon Jacques,
La fêt' de la Libarté ?
T'as-t'y ben fêté, mon Jacques,
T'as-t'y ben fêté?

J'on envoueyé fout' la bon guieu d'ouvrage
Qui press’coumme el diab'e à l'entré d’mouésson,
Et pis, j’son partis traîner sous l'ombrage
Ousque les pompiers buvint au poinson ;
On s’n'est mis dans l’col tant qu’j'en pouvint mett'e,
Si qu’v'auriez vu ça quand qu'on s'est l'vé d’là !...
I' disint : « Hu' mon Jacqu's ! » et j'allint à dia !
(Jusqu'à nous vieill's jamb's qui voulint pus d’maîte !)
(au refrain)

J'ons mis des lantarn's su' l’devant des f'nêtes
Pour qu’l'Egalité trouv' son compte itou
En fesant r'ssembler les maisons hounnêtes
A d'auceun's maisons qui l’sont point en tout !
Voueyons ! core un r'frain ! core eun' rinçounette !
Pour bouére et chanter, parsounn'ne r'naclait :
On lichait tertous après chaqu’couplet
Et la Marseillais’servait d’Pomponnette !
(au refrain)

I' régnait partout la mêm' bounne entente :
Nout' maire dit : « Je... je... je n' men rappell’pus ! »
Au bieau d'un discours plein d'phras's éloquentes
Et j'ons fait : « Tant mieux ! » nous qu'avions trop bu !
C’brav' maire, ben qu'il 'tait itou coumme eun' boule,
Par un coup qu’nout' vin s'en v'nait d’nous r'monter
(C'est-y, voui ou non, d'la Fraternité ?)
A pris soun' écharp' pou' torcher nout' goule !
(au refrain)

Y a temps pour tout' chose, et c'est fini d'rire !
T'es lib'e ed’cracher les impôts qu’tu doués :
V'là m'sieu l'Parcepteur et sa grouss’tir'-lire !
T'es l'égal de tous les peineux coumm' toué
Qu'ont des gâs qu’nous faut pour fair' : portez armes ! ...
V'là l’major avec eun' toués sous son bras ! ...
Et si tu r'chign's trop, mon Jacqu's tu goût'ras
D'la Fraternité d’tes frèr's les gendarmes ! ...
(au refrain)

                                                                           Le 14 juillet